Un Esprit de Famille partenaire de Racines, projet d’Ashoka qui promeut l’impact systémique

Deux types d’impact caractérisent l’innovation sociale : l’impact direct et l’impact systémique. L’approche systémique du changement social, essentielle pour transformer en profondeur nos sociétés, est insuffisamment comprise, peu pratiquée et largement sous-financée. C’est pourquoi Ashoka lance une conversation entre tous les acteurs sur la singularité de l’approche systémique et les moyens de la faire progresser : c’est l’initiative « Racines », à laquelle s’associe Un Esprit de Famille. 

L’impact direct s’attaque aux symptômes, l’impact systémique aux racines. Ces deux niveaux d’impact sont essentiels et complémentaires : il faut à la fois

  • parer à l’urgence, souvent en traitant les symptômes – par exemple nourrir les personnes à la rue, créer des hébergements d’urgence à la suite d’une catastrophe climatique –
  • et créer les conditions pour éviter aux symptômes d’apparaître indéfiniment, en s’attaquant aux causes qui les ont provoqués – allant de la discrimination à l’embauche au réchauffement climatique.

Face à ce constat, Ashoka cherche aujourd’hui à impulser une dynamique sectorielle pour faire émerger la culture du changement systémique chez les acteurs de changement et leur écosystème – notamment les financeurs de l’innovation sociale. Dans cette démarche, Ashoka est accompagné de structures clés du monde philanthropique et d’entrepreneurs sociaux de premier plan.

Ce souhait se matérialise par le lancement de l’initiative « Racines » : un premier événement rassemble le 4 mai des personnes engagées sur le thème Agir à la racine, changer la norme.

Changer par le don

Un Esprit de Famille est partenaire de l’événement « Changer par le don » qui s’est tenu le 28 mars 2022. 501 700 € ont été levés au profit de 10 associations. 

Les signataires de Changer par le don s’engagent à donner au moins 10 % de leurs revenus annuels ou 10 % de leur patrimoine à des associations ou fondations.

Des pans entiers de la vie économique, sociale et culturelle sont aujourd’hui pris en charge et animés par des associations et fondations autonomes et performantes, soutenues par la générosité privée. Si tous les Français dont la situation financière est confortable rejoignaient Changer par le don, de nombreux projets nouveaux verraient le jour et des initiatives existantes prendraient un nouvel élan, contribuant à la prospérité de notre pays et à sa cohésion sociale.

L’événement Changer par le don a pour ambition de

  • fédérer de nouveaux signataires pour que le mouvement grandisse,
  • susciter des vocations de philanthropes,
  • lever des dons au profit d’associations.

Les 10 assocations retenues en 2022 par le comité de sélection sont

Un Esprit de Famille soutient la Coalition Générosité

A la veille de l’élection présidentielle, les acteurs de notre secteur – donateurs, mécènes, bénévoles, associations – se rassemblent au sein de la Coalition Générosité pour communiquer leurs propositions. 

Les acteurs de la générosité veulent replacer ce sujet au cœur du débat public.  La Coalition Générosité représente un écosystème et une composante essentielle de la société française : chaque jour, elle se met au service de la cohésion et de l’innovation sociale et environnementale, crée du lien, de l’activité et des richesses économiques et, surtout, humaines. La générosité est une des expressions de la citoyenneté. 

La Coalition publie son livre blanc Accompagner la générosité des Français, en ligne sur le Huffington Post. Il propose huit pistes de travail à travers lesquelles la puissance publique peut soutenir l’action des acteurs du monde non lucratif et de la générosité,

La Coalition Générosité rassemble Admical, l’Association Française des Fundraisers, le Centre Français des Fonds et Fondations, France générosités, l’Institut IDEAS, l’Institut des Dirigeants d’Associations et Fondations et le Mouvement Associatif et soutenue par Don en Confiance, Un Esprit de Famille, Les Entreprises pour la Cité.

Créer, faire vivre et dynamiser une fondation familiale

Family Business Network France (FBN France) a tenu sa réunion pleinière le 29 novembre au Philanthro-Lab sur ce thème. Six fondatrices ou membres de familles fondatrices adhérentes d’Un Esprit de Famille ont témoigné ce jour-là de leur expérience.

Philippe Grodner, président du FBN France, et Philippe Journo, président du Philanthro-Lab, ont ouvert les débats. Les deux tables rondes qui ont suivi étaient animées par Stéphane Godlewski, président de DoYouPhil et délégué général de Fondaher.

  • Construire et pérenniser sa fondation familiale

Les intervenantes (de gauche à droite sur la photo) :

  •  Faire vivre et transmettre une fondation familiale

Les intervenantes (de gauche à droite sur la photo) :

Dossier Jurisassociations : fondateurs de fondations

« Philanthrope et bâtisseur, le fondateur de fondation apporte incontestablement sa pierre à l’édifice de l’intérêt général. » Jurisassociations, bimensuel destiné aux organismes à but non lucratif, aborde dans son édition du 1er novembre tous les aspects du statut de fondateur.

Ce dossier très complet rappelle les aspects juridiques de la figure du fondateur, personne physique ou morale. Le projet philanthropique permet au fondateur de structurer son patrimoine en bénéficiant des nombreux dispositifs juridiques et fiscaux destinés à encourager la philanthropie.

Vous pouvez lire des témoignages de fondateurs qui illustrent la diversité des approches et des structures : choisir la forme juridique appropriée pour porter un projet d’intérêt général est essentiel.

Sabine Roux de Bézieux, présidente d’Un Esprit de Famille, appelle à « libérer la philanthropie en France » : « Pour doter la France d’un régime compétitif et incitatif, il est temps de rendre plus simples, lisibles, flexibles et transparentes les modalités de création des structures philanthropiques, leur gouvernance, leur suivi, leur financement. »

Naïma Moutchou, députée du Val-d’Oise et co-auteur du rapport La philanthropie à la française (2020) conclut : « Le statut du fondateur mérite que l’on s’y penche sérieusement parce qu’il est au cœur du modèle français de la philanthropie. »

Cliquez sur l’image pour accéder au dossier

Fonds et fondations, signez le Manifeste pour le Climat !

Visioconférence le 10 mai 2021

Lancée en 2020, la Coalition française des fondations pour le Climat (CffC) rassemble les acteurs de l’intérêt général dans un objectif commun : lutter contre le dérèglement climatique. Cet enjeu majeur concerne tous les fonds et fondations, quel que soit leur objet social. Les acteurs et les signataires de la CffC présentent sa genèse, sa gouvernance et ses actions.

Sabine Roux de Bézieux, présidente d’Un Esprit de Famille : « Un point qui me tient à cœur est le lien entre climat et pauvreté. Les dérèglements climatiques ont plus d’impact sur les populations les plus pauvres de la planète que sur les pays développés dans lesquels nous vivons. C’est une réalité qui doit encourager les fondations qui s’intéressent aux questions sociales et humanitaires à participer à cet engagement sans faille pour le climat. »

Benoît Miribel, président du Centre Français des Fondations : « Nous sommes tous concernés par le changement climatique dans nos façons d’agir. 87 fonds et fondations ont rejoint cette Coalition pour faire évoluer leurs pratiques. Au lien entre climat et pauvreté, on peut ajouter le lien entre climat et santé : l’évolution climatique agit sur la santé de la terre et des hommes. En décarbonant, on lutte contre la pauvreté et en faveur d’une santé durable pour tous. »

Marie-Stéphane Maradeix, déléguée générale de la Fondation Daniel et Nina Carasso, responsable du comité de pilotage de la CffC, rappelle la genèse de la CffC. « En 2019, seulement 3 % des fondations en France s’intéressaient aux causes environnementales, selon l’Observatoire de la Philanthropie… Je me suis dit qu’il fallait lancer un Manifeste qui ne soit pas trop engageant mais qui permette de créer une communauté de pratiques. Ce « réveil climat » est arrivé au bon momentum. Il faut y aller ensemble. »

Béatrice de Montleau, responsable de la CffC, détaille le fonctionnement et les actions de la CffC. Deux groupes de travail agissent actuellement :

  • le groupe ODD : mieux appréhender l’ensemble des ODD dans les actions des fonds et fondations ;
  • le groupe Finance et Climat : comprendre les enjeux climatiques dans l’investissement, référencer les instruments financiers qui les prennent en compte.

 

Guillaume Decitre, président fondateur du Fonds de Dotation Decitre, et Dorothée Merville, déléguée générale de la Fondation Hippocrène, apportent leur témoignage en tant que signataires du Manifeste.

Aller au contenu principal