Edouard Tétreau :

des Etats généraux pour réécrire le contrat social français

La société française est de plus en plus parcellisée, le fait majoritaire issu des élections de plus en plus contesté. La crise sanitaire apporte fatigue, désarroi et paupérisation. Pour sortir de ce contexte délétère, Edouard Tétreau propose la réunion d’Etats généraux en mai 2022, en s’appuyant sur l’histoire de France : depuis le 5è siècle, ils se sont avérés un outil efficace pour sortir de crises majeures.
Que seront les Etats généraux du XXIè siècle ?

 

 Visioconférence avec des membres d’Un Esprit de Famille, le 12 octobre 2020.

Edouard Tétreau est essayiste, éditorialiste, enseignant et conseiller de dirigeants économiques et politiques. Après douze années dans les médias et la finance, il fonde MEDIAFIN en 2004, dont il est aujourd’hui l’associé-gérant.

 Edouard Tétreau est le “chroniqueur du mercredi” pour Les Echos. Auteur de plusieurs essais chez Grasset, il a publié en septembre 2020 Les Etats généraux en 2022 (éd. De l’Observatoire).

Ses engagements européens l’ont conduit à créer le site www.etatsunisdeurope.com.

En dehors de la France, ses mandats le conduisent régulièrement en Chine (Young Leader de la France China Foundation) et aux Etats-Unis, où il est administrateur de la Maison Française à Columbia University, New York, et trustee du think tank Committee for Economic Development, Washington DC.

Le contrat social français est en lambeaux

Il est très difficile actuellement de faire des plans au-delà de 72 h : allons-nous être à nouveau confinés ? Les entreprises vont-elles vivre une nouvelle fermeture qui va se faire effondrer leur chiffre d’affaires mais aussi l’envie, la capacité à se projeter ?

700 000 jeunes arrivent sur le marché du travail, à qui on demande de patienter. Cela induit désarroi, inertie, et sentiment d’injustice. Je cite l’exemple de l’association Sport dans la Ville, la principale association d’insertion professionnelle par le sport en France. Chaque année, Sport dans la Ville forme une promotion d’environ 1000 jeunes issus de quartiers défavorisés ; les entreprises partenaires leur proposent entre 900 et 950 stages. Actuellement, le nombre de stages, CDD et alternances proposés s’élève à 150…

Le Secours populaire a publié une récente enquête : au printemps 2020, 1,2 million de personnes avaient accès à ses services ; aujourd’hui, il compte 45 % de nouveaux inscrits, notamment des familles, des étudiants qui n’ont plus de job d’appoint… Je m’inquiète pour demain de la révolte des chefs de famille.

Des liens de cause à effet évidents dans le passé sont en train de s’effriter : le lien entre travail, rémunération et patrimoine. Il devient normal de recevoir une rémunération sans travailler : c’est le cas avec le chômage partiel. Il existe une décorrélation encore plus grande entre l’état général de l’économie et la valorisation des actifs financiers : le cours des actions continue de s’envoler.

La société est fragmentée, désorientée, elle cherche d’autant plus de sens qu’elle du mal à se trouver une histoire commune. Prenons l’exemple de la colonisation : j’ai un arrière-grand-père, militaire et ingénieur, qui a participé à la colonisation d’une partie de l’Afrique. Il a travaillé à la construction de villes, de réseaux ferrés. Puis la colonisation est devenue un crime contre l’humanité. On a du mal à se trouver un socle commun.

 

Alors, faisons-en sorte d’avoir un avenir en commun. C’est le principe de la démocratie : quel avenir voulons-nous pour notre pays ? Mais nous touchons actuellement aux limites du fait majoritaire : il devient de plus en plus insupportable pour la minorité qui va contester, revendiquer, bloquer. La société est de plus en plus parcellisée, les réalités de plus en plus inacceptables. L’Etat est omnipotent mais n’arrive plus à fonctionner.

Je crois qu’il y a encore une chance pour éviter une destruction de la nation française : ce sont les Etas généraux.

Les Etats généraux, consubstantiels de la nation française

On ne connaît généralement que ceux de 1789, qui ont complètement dérapé. Terminés en juin 1789, ils sont devenus une Constituante aux mains des insurrectionnels qui a pavé le chemin vers une prise de pouvoir violente et une guerre civile… Les Etats généraux de 1789 sont un accident de l’histoire.

Mais on a oublié que les Etats généraux sont consubstantiels à la nation française, depuis l’époque de sainte Geneviève, au Vè siècle. Au Moyen-Age, ils étaient rassemblés tous les 6 ans. Philippe le Bel réunit la nation en janvier 1302 à Notre-Dame, composée des 3 ordres : le tiers-état, le clergé et la noblesse. Il s’agissait à l’époque de taxer les richesses du clergé pour renflouer les caisses de la nation en guerre dans les Flandres.

Les Etats généraux sont un outil de gestion des crises majeures en France, depuis que notre pays existe. Dès qu’il y avait un problème de légitimité, de consentement à l’impôt, on les convoquait. C’est un outil que l’Histoire nous tend pour continuer à écrire l’histoire de notre pays, sans violence.

Quand on se lance dans une dynamique d’Etats généraux, il faut un président fort. Or, le seul moment en France où le président est fort, c’est au début de son mandat, donc en mai 2022.

 

Les Etats généraux partent du terrain,
des communes, des familles

C’est une forme de démocratie participative.

Commencer par un audit me semble essentiel : partager la connaissance de nos forces et faiblesses, de ce qui est possible à réaliser ou non. Qu’est-ce qu’une dette qui représente plus de 100 % de notre PIB ? Nous sommes la deuxième nation maritime au monde : mettons-nous cet atout en valeur ?

Les Etas généraux rassembleraient 1200 personnes, dont 600 personnes du terrain qui prêteraient un serment démocratique. A ce corps majoritaire on adjoint deux corps minoritaires :

  • 300 délégués des élus de la nation : des représentants politiques de terrain, et non des partis politiques parisiens.
  • 300 représentants de ceux qui ont vocation de servir les autres : les syndicats participatifs, les associations et les cultes.

 

Je suis un farouche antijacobin, sauf pour les prérogatives régaliennes que sont l’armée, la police, la justice et la diplomatie. Les services de santé, d’éducation, doivent être ancrés sur le terrain. Je crois que nous sommes arrivés au bout du centralisme républicain.

Cette délégation du peuple travaillera à une nouvelle Constitution.

Je ne suis pas certain qu’on arrive à la présidentielle de 2022 dans un climat de stabilité sociale. Nous avons un contrat social à réécrire.

Les Etats généraux de l’éducation 

Le think tank Vers le Haut, dédié aux jeunes et à l’éducation, a lancé il y a un an les Etats généraux de l’éducation. 7 thèmes éducatifs sont étudiés au cours de 7 journées de co-construction et soirées publiques dans 7 villes de France. L’idée est de rassembler des propositions issues des acteurs de terrain, de rédiger une Charte de l’éducation et la proposer au gouvernement pour l’adjoindre à la Constitution. Tous les citoyens peuvent apporter leurs propositions sur la plateforme etatsgeneraux-education.fr.”

Elisabeth Terrien, présidente-cofondatrice de la fondation CAJJED, membre du comité directeur du think tank Vers le Haut