Pierre Siquier :
notre objectif est de “faire reconnaître la générosité comme un complément de la solidarité”

Syndicat professionnel des associations et des fondations, France Générosités s’est donné pour mission de défendre, promouvoir et développer les générosités en France. Son président, Pierre Siquier, s’est exprimé le 23 juin devant les membres d’Un Esprit de Famille sur les combats qu’il mène actuellement : accroître la déduction fiscale des dons en 2020, développer les pistes ouvertes dans le récent rapport des députées Sarah El HaÏry et Namia Moutchou sur “la philanthropie à la française”.
 Défiscaliser tous les dons à 75 % en 2020

Au cours du deuxième trimestre 2020, les dons en France n’ont pas diminué en volume mais ont été fléchés essentiellement vers le Covid19. Les dons destinés à d’autres causes comme la recherche sur le cancer, le sida ou même l’environnement ont baissé.

Avec 87 représentants de fondations et d’associations, nous avons publié une tribune dans Le Parisien le 21 juin  où nous proposons des mesures incitatives pour prolonger l’élan généreux qu’ont demontré les Français pendant la période de confinement.

L’année dernière, les dons pour la reconstruction de Notre-Dame ont été défiscalisés à 75 % par le gouvernement, alors que n’avions rien demandé. Nous ne voudrions pas qu’en termes de fiscalité, il y ait de bons et de mauvais secteurs. Nous demandons donc que tous les dons soient défiscalisables à 75 % en cette année du Covid19 où les besoins sont immenses. J’avoue ne pas être très optimiste sur le fait que nous serons entendus…

                                         
                                                  Biographie

Dès sa sortie de l’Ecole Centrale de Paris, Pierre Siquier se lance dans la communication industrielle, qui deviendra la communication B to B. Il dirige pendant 20 ans sa propre agence, qui passera dans le giron de Publicis. En 2000, il crée, avec deux associés, l’un des premiers sites de recherche d’emploi sur Internet : Keljob, qui appartient aujourd’hui à Figaro classified. Parallèlement à ses activités professionnelles, il s’engage avec Nicolas Hulot, dès la création de sa fondation en 1992. Il en reste vice-président puis président jusqu’en 2012.

Pierre Siquier est également administrateur et membre du bureau de l’ONG Plan International. Il est nommé président de France Générosités en 2018.

Le rapport des députées Sarah El HaÏry et Naïma Moutchou sur “la philanthropie à la française”

C’est la première fois qu’un rapport propose une synthèse assez complète sur “la philanthropie à la française” dont on avait, jusqu’à présent, une image fragmentée. Je voudrais revenir sur quelques points essentiels.

1. Définir l’intérêt général
Obtenir un agrément fiscal pour l’intérêt général passe par le Conseil d’Etat et le ministère de l’Intérieur pour les FRUP (Fondations Reconnues d’Utilité Publique), par les préfectures pour les fonds de dotation… Et c’est le ministère des Finances  qui a le dernier mot pour définir l’intérêt général. Nous voudrions que des acteurs du débat participent à cette définition : la vision ne doit pas être uniquement fiscale. Le rapport soulève cette aberration.

2. Créer un organisme représentatif du secteur
Les décisions et le “paysage” de la philanthropie sont actuellement trop morcelés. La philanthropie et le mécénat ne sont pas représentés auprès du gouvernement ni au niveau interministériel : il faut discuter avec Bercy, le Conseil d’Etat, les ministères de la Culture, de l’Environnement, les préfectures…  Ce Conseil national de le philanthropie représenterait les donateurs, les opérateurs et les organismes de contrôle comme Don en confiance et IDEAS. Il pourrait être garant de l’intérêt général pour sortir du carcan fiscal actuel. Dans ce cadre seront débattus tous les problèmes qui concernent la philanthropie.

La constitution de cet organisme serait une reconnaissance de notre place dans la société : que l’Etat reconnaisse la philanthropie comme un élément complémentaire de l’action de l’Etat, la générosité comme un complément de la solidarité.

3. Eduquer à la philanthropie
Il faudrait que la philanthropie soit enseignée dès le plus jeune âge. En France, nous avons un effort très important à faire dans ce sens. Au Canada par exemple, le programme des collèges comprend 20 h annuelles obligatoires sur les thèmes non profit, ainsi que des actions individuelles à réaliser.

4. Motiver de nouveaux donateurs
Les donateurs en France sont relativement âgés, il faut aller chercher de nouveaux donateurs plus jeunes. Ils sont sensibles à de nouveaux outils, comme les médias digitaux mais aussi le face à face par la collecte de rue.

Les 30 à 50 ans sont dans la vie active et pris par le temps mais je suis convaincu qu’il n’y a pas assez d’apprentissage à la philanthropie. Plus on informe tôt les enfants, mieux la philanthropie se portera.

Il existe aussi un défaut de communication sur la mission sociale des associations et fondations, sur leur rôle d’innovation sociale dans des domaines comme la fin de vie ou la sortie de prison.