Parcours philanthropique : les questions à se poser avant de démarrer

22.02.24

Se lancer dans une démarche philanthropique demande une réflexion approfondie voire même une certaine forme d’introspection. Voici quelques questions clés que chaque futur philanthrope devrait se poser.

  1. Quelle est ma motivation pour m’impliquer dans la philanthropie ?

Avant de s’engager dans la philanthropie, il est essentiel de comprendre vos motivations sous-jacentes. Êtes-vous motivé par le désir de rendre à la société ce que vous avez pu recevoir à votre tour, de répondre à des problèmes sociaux urgents de rassembler votre famille autour d’un projet et/ou de laisser un héritage durable ? Peut-être avez-vous été inspiré par des expériences personnelles vécues par vous ou vos proches. Clarifier vos motivations vous aidera à établir le sens de vos objectifs philanthropiques.

  1. Quelles sont mes valeurs et mes passions ?

Il est tout aussi essentiel de réfléchir à vos valeurs personnelles et à vos passions. Qu’est-ce qui vous rend joyeux, ou au contraire vous fait de la peine ? Quelles causes résonnent profondément chez vous ? Aujourd’hui, il y en a tellement qui ont besoin de soutien : l’environnement, le droit des femmes, l’éducation, la santé mentale, les enfants/les jeunes, les personnes handicapées et l’accessibilité, l’inclusion, les LGBTQ+, la justice sociale…. L’identification de vos priorités vous aidera à aligner votre philanthropie avec des causes, des organisations et associations qui vous tiennent vraiment à cœur.

  1. Quelles sont les ressources que je suis prêt à engager ? Qui autour de moi s’impliquera à mes côtés ?

La philanthropie représente bien plus qu’un simple chèque ; elle nécessite un engagement en termes de temps, d’expertise et de ressources. Avant de vous lancer, évaluez quelles ressources vous, et toutes les personnes impliquées dans le projet, seriez prêts et capables d’allouer à votre engagement philanthropique. Cela inclut les contributions financières, mais aussi l’accès à vos réseaux, compétences et sphères d’influence.

De plus, qui sera impliqué ? Est-ce un projet avec votre conjoint et vos enfants (ou vos parents, le cas échéant, si vous êtes un jeune fondateur), ou souhaitez-vous faire participer votre famille élargie tels que frères, sœurs, ou cousins, etc. ? Être clair sur votre capacité à donner (le comment ET le combien) vous aidera à fixer des objectifs réalistes et à maximiser l’efficacité de vos dons.

  1. À quoi ressemble ma philanthropie ? Quels moyens vais-je utiliser ?

La philanthropie englobe un large éventail d’approches, des dons à l’investissement d’impact, en passant par le plaidoyer et le bénévolat. Réfléchissez aux façons dont vous envisagez de vous engager dans le secteur d’intérêt général. Allez-vous créer une fondation abritée ou RUP (Reconnue d’Utilité Publique), ou un fonds de dotation ou soutenir des organisations à but non lucratif existantes par des dons directs ? Souhaitez-vous être opérateur de vos propres programmes ou distributeur, via des dons aux structures qui le sont ?

  1. Quel sera mon impact ?

Clarifier vos objectifs philanthropiques est essentiel pour élaborer une stratégie de don efficace. A quels résultats souhaitez-vous parvenir ? Voulez-vous répondre à des besoins immédiats (lutter contre la faim dans le monde, contribuer à l’insertion professionnelle, faciliter l’accès au logement) ou provoquer un changement systémique ? Votre « théorie du changement » vous permettra de diriger vos ressources  vers des initiatives répondant véritablement à vos objectifs.

  1. Comment mesurer le succès ?

Définissez des indicateurs clairs pour évaluer l’impact de vos actions. Ils doivent inclure des résultats quantitatifs, tels que le nombre de personnes touchées ou les changements de politique adoptés,mais aussi des mesures qualitatives, comme des témoignages de bénéficiaires. L’établissement de ces indicateurs d’efficacité vous aidera également dans la validation de l’orientation de votre stratégie.

  1. Quelle collaboration et quel effet de levier partenarial ?

La philanthropie a plus d’impact lorsqu’elle est abordée de manière collaborative. Envisagez comment travailler en partenariat avec d’autres donateurs, associations, institutions ou acteurs territoriaux pour amplier la portée de vos actions. S’impliquer dans des collaborations stratégiques vous permet de rassembler les ressources, de partager l’expertise et de relever des défis complexes de manière plus efficace qu’en y travaillant seul.

  1. Quel est le cycle de vie de ma philanthropie ? Quel héritage pour les générations futures ?

Quelle empreinte espérez-vous laisser aux générations futures ? Voulez-vous que vos enfants, petits-enfants et les générations futures prennent le relais, ou votre objectif sera-t-il de dépenser la totalité de votre dotation ? Souhaitez-vous donner une visibilité à vos actions, ou préférez-vous rester dans l’ombre ? Cette question de « l’héritage » philanthropique est déterminante.

Devenir philanthrope est un voyage profondément personnel et transformateur qui nécessite une période de réflexion approfondie, une planification stratégique et un engagement fort afin d’assurer que votre contribution soit aussi impactante que possible.

Une consultante experte en philanthropie peut vous accompagner tout au long de ce chemin.

En partenariat avec Kristina Vayda, KV Philanthropy Consulting

© Photo de Towfiqu Barbhuiya sur Unsplash

Aller au contenu principal