Coronavirus : UEDF se mobilise

 

UEDF s’engage en faveur d’associations et de fondations qui oeuvrent pour ceux qui sont directement ou indirectement les plus touchés par le Covid-19 : maladie, solitude, précarité, éducation…

 
 

SynLab

SynLab accompagne les enseignants, les cadres et les formateurs à développer leurs potentiels

Contact : Florence Rizzo

Site web : Synlab

En savoir plus

L’arrêt du système éducatif, lié à la guerre sanitaire actuelle, aura des répercussions principalement pour les enfants issus des familles les plus défavorisées, ceux qui ont le plus besoin de leurs professeurs. Il y a donc un besoin urgent de répondre à la demande et contribuer à la continuité éducative.

Fondation AP-HP

L’AP-HP compte 39 hôpitaux en Île-de-France, emploie 100 000 salariés et reçoit neuf millions de patients par an.

Contact : Rodolphe Gouin

Site web : Fondation AP-HP

En savoir plus

Le fonds d’urgence lancé pour faire face à la situation actuelle a initialement été créé pour soutenir la recherche : d’abord pour le traitement de la maladie, puis pour trouver un vaccin. Aujourd’hui la question du soutien aux équipes médicales émerge. Or l’argent public ne pourra pas tout.

 

Entourage

Agit auprès des SDF, population particulièrement impactée par le Covid-19.

Contact : Jean-Marc Potdevin

Site web : Entourage

En savoir plus

Redonner un réseau à ceux qui n’ont plus de réseau : il s’agit de redonner leur dignité à la fois aux personnes de la rue et aux habitants en les intégrant dans un réseau citoyen. Entourage développe une technologie à rebours des réseaux sociaux traditionnels : centrale pour relier les individus mais qui s’efface au moment de la vraie relation humaine.

 

Empreintes

Empreintes accompagne les personnes en deuil. Dans le contexte sanitaire de surmortalité liée au Covid-19, son action est essentielle.

Contact : Marie Tournigand

Site web : www.empreintes-asso.com

En savoir plus

Être écouté, se sentir moins seul, avoir des repères sur le deuil, favoriser les rituels en contexte de confinement, telles sont les urgences. Via sa ligne d’écoute téléphonique gratuite et via les entretiens en visioconférence, Empreintes participe au relais des soignants et des services funéraires. Aujourd’hui et dans les années à venir, l’action d’Empreintes vise à prévenir durablement les risques de complication sanitaires, sociaux, économiques, familiaux liés au deuil.

Le Rocher Oasis des Cités

Actions éducatives, sociales, culturelles et d’insertion professionnelles auprès des habitants des quartiers urbains en difficulté. (éducation, soutien à la parentalité, insertion sociale et professionnelle).

Contact : Jean-François Morin

Site web : www.assolerocher.org

En savoir plus

La crise sanitaire et sociale que nous vivons aggrave de façon dramatique les inégalités sociales et économiques. Cette crise sanitaire, qui est aussi une crise humaine et sociale, frappe d’abord les plus fragiles. Nous devons repenser immédiatement et pour les semaines, les mois à venir, notre façon d’aider ces personnes et préparer l’après-crise. Plus largement, c’est l’occasion de réinventer notre action pour renforcer durablement le lien qui nous unit. 60% de nos équipes (responsables d’antenne, adjoint, volontaires du Service civique et stagiaires) sont restés habiter dans les 9 quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Le Soliguide par Solinum

Soliguide oriente efficacement les personnes en situation de précarité vers les services de première nécessité.

Contact : Victoria Mandefield (fondatrice et directrice de l’association)

Site web : www.soliguide.fr

En savoir plus

Action spécifique proposée pour faire face à l’urgence :

  • La plateforme Soliguide a pour mission de faciliter l’accès aux services de première nécessité et à la réinsertion, en apportant une information de qualité à tous ceux qui en ont besoin. Depuis le début de la crise, le service a été plus utile et a multiplié par 7 son utilisation. Face à la demande exceptionnelle provoquée par les mesures de confinement, la fermeture de nombreux dispositifs et l’isolement aggravé des personnes en situation d’exclusion, ils ont mis en place un plan d’action, qui implique :
  • La mise à jour complète des informations répertoriées et un investissement complet de leurs équipes pendant la durée de la crise pour rassembler, mettre à jour et diffuser les informations nécessaires,
  • Le développement de fonctionnalités spécifiques pour une coordination flexible et rapide avec les structures sociales qui utilisent nos données.
  • L’élargissement du référencement à toute la France (au-delà des 9 territoires déjà cartographiés) grâce à l’ouverture exceptionnelle d’un formulaire d’ajout collaboratif, la mise en place d’une stratégie de communication d’urgence, et la modération des structures ainsi ajoutées.

 

Pour assurer tous ces développements spécifiques et renforcer leur action pour répondre au mieux à l’urgence, ils ont besoin de 90K€.

Clubhouse France

Clubhouse vise à réintégrer socialement, civiquement et professionnellement les membres de nos clubs, personnes souffrant de troubles psychiques.

Contact : Philippe Charrier

Site web : www.clubhousefrance.org

En savoir plus

Avec le confinement dû a la crise sanitaire, les membres sont particulièrement touchés et en risque car les 3 clubs existants ont dû fermer physiquement.

Nous avons donc développé en urgence un “e-Clubhouse” via un dispositif comprenant des plateformes collaboratives, contacts téléphoniques et par Internet favorisant les échanges quotidiens et la cogestion entre membres – valeur centrale à Clubhouse pour leur réintégration, et les staff. Aujourd’hui près de 200 membres sont actifs sur Slack.

Cette crise sanitaire nous aura donc donné l’occasion de lancer un e-Clubhouse qui doit se structurer! Nous poursuivons aussi certaines sensibilisations et formations à distance, et nous mobilisons pour la sauvegarde financière des clubs.

Bergeries de Berdine

Accueil et inclusion de personnes fragilisées et marginalisées.

Contact : Vinciane Zelverte

Site web : www.berdine.fr

En savoir plus
L’accueil continue d’être assuré pour des bénéficiaires fortement à risque (santé, âge, condition physique…). La production agricole et artisanale n’est pas stoppée mais toutes les ventes, et donc les revenus associés, sont suspendus pendant la période du confinement. La présence d’un médecin bénévole sur place est de l’ordre du miracle !

Le ralentissement économique risque d’impacter notre soutenabilité économique et notre taux d’autofinancement.

Les personnes accueillies sont confinées et ne peuvent plus s’ouvrir à l’extérieur comme précédemment (en allant sur les marchés, en livrant le bois…), ce qui a un impact moral et sur le ressenti d’isolement. Les parcours de chaque personne sont en suspens : annulation/report des rdv par les professionnels de santé, démarches administratives et sociales en attente…

Notre public est pour la très grande majorité à risque. Nous avons en particulier des personnes âgées, malades (notamment de cancers), et des personnes dont le passif d’addiction rend la santé fragile.

De manière générale, le public que nous accueillons depuis 45 ans à la Bergerie de Berdine est très touché, avec parmi notamment les personnes qui sont isolées, sans emploi, parfois sans domicile fixe et souvent hors des réseaux de suivi santé.

La crise renforce notre volonté d’améliorer nos conditions d’accueil pour notre public : avoir plus de chambres propices à l’accueil de personnes très fragilisées.

La crise fait aussi apparaître, à nouveau, notre chance d’avoir l’appui d’un médecin bénévole sur notre site.

IKAMBERE

Prise en charge globale des femmes en situation de précarité, vivant avec le VIH

Contact : Fatem-Zahra Bennis, directrice adjointe

Site web : www.ikambere.com

En savoir plus
Ikambere a dû fermer son accueil de jour aux femmes en grande précarité, atteintes par le VIH, particulièrement vulnérables au COVID 19. L’association continue de s’assurer que les logements de ses bénéficiaires sont adaptés au confinement, qu’elles aient de quoi se nourrir et qu’elles ne souffrent pas d’isolement et de discriminations.

La fermeture du centre d’accueil de jour a un impact direct sur le suivi et le soutien que nous apportons quotidiennement aux femmes. Au sein du centre d’accueil, elles pouvaient bénéficier d’un repas complet et gratuit ainsi que de nombreuses activités favorisant le lien social et l’entraide mutuelle.

Les femmes que nous accompagnons vivent avec une maladie chronique qui nécessite la prise d’un traitement quotidien. Du fait de cette pathologie, elles sont particulièrement vulnérables au COVID et nous devons tenter de nous assurer qu’elles ont accès à un repas afin de prendre leur traitement.

La crise sanitaire accentue les besoins que nous observons au quotidien comme celui de lieux d’hébergement adaptés aux femmes vivant avec une pathologie chronique qui sont trop insuffisants ou encore le grand isolement et discriminations auxquels elles sont confrontées.

Le modèle d’IKAMBERE repose en grande partie sur l’accueil physique inconditionnel. La crise nous oblige à repenser notre accompagnement et nos outils de suivi lorsque ceux-ci sont mis en œuvre à distance.

Quels moyens (financiers et/ou humains) sont nécessaires pour apporter vos réponses à ces besoins nouveaux ?

Financiers : la mise à l’abri et les aides financières.