Actions en Asie

Oct 14, 2016 | Actualités

4 associations œuvrant en Asie ont présenté leurs projets à 15 fondations membres d’Un Esprit de Famille,
le 4 octobre dernier. 

Ces 4 associations ont détaillé leurs domaines d’intervention, leurs modes d’actions et leurs modèles de financement.

Mékong Plus

Mékong Plus

Bernard Kervyn, qui vit au Vietnam depuis 24 ans, a cofondé l’association Mékong Plus en 1994. Aujourd’hui, l’association agit dans 800 villages au Vietnam et au Cambodge. Sa mission est le développement communautaire, c’est-à-dire le développement pour, mais surtout avec les populations locales. Ses outils, microcrédit et soutien sur le terrain, sont des solutions très peu coûteuses pour répondre à tous les besoins essentiels des populations les plus pauvres : emploi, éducation, santé, loisirs, environnement.

Chiffres clés

  • Plus de 200 000 bénéficiaires par an, dont 1 200 ménages extrêmement pauvres (- de 100 € de revenu annuel/personne).
  • En 3 à 5 ans, les ménages peuvent sortir définitivement de la pauvreté avec un investissement moyen de 130 €/ménage.
  • Les projets sur le terrain sont financés à plus de 50 % par la population elle-même.
  • Budget de l’association : 800 000 € par an, dont 56 % issus de fondations et ressources privées.
  • 200 collaborateurs au Vietnam, 16 au Cambodge.

bernard-kervynBernard Kervyn, directeur régional Vietnam et Cambodge :

« Mon métier est de donner les moyens aux personnes les plus défavorisées de sortir de la pauvreté. Une fois la confiance gagnée et les solutions de soutien procurant des résultats, les bénéficiaires ont le souci de partager ces solutions qui leur ont permis de sortir de la pauvreté, d’où un effet démultiplicateur. »

Life Project for Youth (LP4Y)

Life Project For Youth (LP4Y)

Aux Philippines, au Vietnam, en Inde et en Indonésie, LP4Y a créé un écosystème d’intégration de 18 mois pour et avec les jeunes issus de l’extrême pauvreté et de l’exclusion (moins de 1,5 $/jour). Le cœur de la valeur sociale de LP4Y est cette transformation d’un jeune subissant sa vie d’exclu en un adulte entrepreneur de sa vie. Cette transformation rejaillit sur sa famille et, plus largement, sur la communauté dans laquelle il vit.

La motivation du jeune à rejoindre les centres de formation LP4Y est le premier critère de validation de sa candidature. Il est alors invité à rejoindre une équipe de 15 jeunes constituée autour d’une micro-activité économique (programme). A travers les micro-activités développées par chaque Life Project Center (LPC) et une pédagogie de coaching adaptée, les jeunes expérimentent ensemble la création, le développement et la gestion d’entreprise.

Chiffres clés

  • 1,2 milliard de jeunes entre 15 et 24 ans, dont 600 millions vivent avec moins de 1,5 $/jour.
  • 56 % des jeunes qui travaillent demeurent pauvres, selon le critère de 2 $/jour.
  • LP4Y a accompagné 940 jeunes depuis sa création en 2009.
  • A l’issue de la formation dans le LPC, 80 % des jeunes ont trouvé un travail décent et 5 % ont crée leur propre activité économique.
  • 59 professionnels sur le terrain forment les jeunes.

lucie-taurines2Lucie Taurines, présidente LP4Y Paris :

« Notre outil pédagogique a fait ses preuves et peut être répliqué dans d’autres pays. Il existe une clé commune pour tous les pays, au-delà de la pédagogie, l’amour du jeune : découvrir ces jeunes exclus avec un regard neuf et les valoriser. Toutes les difficultés de leur vie leur ont permis d’acquérir des compétences. »

Agir pour le Cambodge

Agir pour le Cambodge

Ecole hôtelière gratuite, Sala Baï forme une centaine de jeunes Cambodgiens défavorisés par an. Créée en 2002 et gérée par l’association Agir pour le Cambodge, l’école se situe à Siem Reap près d’Angkor : plus de 400 hôtels entourent la cité historique.

Les candidats, âgés de 17 à 23 ans, sont issus de familles très défavorisées et sont choisis sur leur motivation. Leur niveau scolaire minimum est la sixième (grade 6). Priorité est donnée aux jeunes filles (70 % des élèves), en raison de leur plus grande vulnérabilité et de leurs difficultés à accéder à l’éducation et aux emplois stables.

La formation dure 11 mois dans l’une des 5 disciplines : restaurant, cuisine, réception, service d’étage et soins et beauté. Le douzième mois est consacré à la recherche d’emploi : 100 % des élèves trouvent un travail dans le mois.

Chiffres clés

  • Au Cambodge, 77 % de la population vit dans les campagnes sans eau ni électricité, ni commerces.
  • En 13 ans, plus de 1 300 jeunes ont été formés et ont trouvé un emploi. Ils sont devenus financièrement autonomes et ont amélioré les conditions de vie de leur famille.
  • L’équipe des 25 collaborateurs de Sala Baï est entièrement cambodgienne.
  • 35 % du budget de fonctionnement de l’école est autofinancé : le restaurant d’application, l’hôtel et le spa d’application génèrent des revenus.

emmanuelle-dethomasEmmanuelle Dethomas, présidente d‘Agir pour le Cambodge :

« Les jeunes élèves de Sala Baï n’ont au départ aucune vision de leur avenir… Et au bout d’un an de formation, ils vont travailler dans des hôtels 4 à 5 étoiles. La recette du succès est la motivation et l’accompagnement ; les travailleurs sociaux soutiennent les jeunes et connaissent aussi leurs familles. »

Watever

Watever

Créé en 2010, Watever cherche à améliorer les conditions de vie des populations qui vivent sur les rivages des océans et des grands fleuves. L’association leur donne accès à des solutions flottantes adaptées à leur situation économique, sociale, culturelle et climatique.

Watever a été cofondé par Yves Marre, arrivé au Bangladesh en 1994 en convoyant une péniche depuis la France pour la transformer en hôpital flottant. Watever intervient principalement au Bangladesh, pays le plus menacé par les effets des changements climatiques et deuxième plus grand delta de la planète. Sa flotte, la plus nombreuse du monde, est dangereuse et source d’innombrables accidents.

L’association développe 4 programmes complémentaires au Bengladesh :

  • assistance à la construction navale en accompagnant le chantier naval Tara Tari ;
  • soutien à la création de la société de sauvetage en mer M.S.R.S (Maritime and Security Rescue Society) ;
  • centre de formation pour construire et réparer des bateaux composites ;
  • recherche sur un bio composite à base de bambou pour une construction navale sûre et durable revalorisant le savoir-faire des charpentiers traditionnels.

Chiffres clés

  • Près de 50 % de la population mondiale vit à moins de 100 km des océans.
  • Sur le quart de la surface de la France, le Bengladesh abrite 170 millions d’habitants.
  • Le coût d’un bateau en composite : 600 euros. 1 bateau est construit par 15 élèves au cours d’une formation de 3 mois.

Hervé Renou, coordinateur de Watever :

« Nous sommes là pour montrer la voie, lancer les projets, pour démontrer qu’une autre technologie est possible : le bateau comme vecteur de développement durable. »

S’en est suivi un échange sur l’appropriation locale des actions des associations et les moyens humains et financiers d’assurer leur pérennité.

Au final, des synergies sont à construire entre les associations, qui apprennent des modèles des autres, et entre les fondations pour cofinancer les associations.